La psychothérapie (individuelle, de groupe et de couple/famille) est une pratique conçue de manière variable pour apporter un soulagement des symptômes et un changement de personnalité, réduire les futurs épisodes symptomatiques, améliorer la qualité de vie, promouvoir un fonctionnement adaptatif au travail/à l’école et dans les relations, augmenter la probabilité de faire des choix de vie sains et offrir d’autres avantages établis par la collaboration entre le client/patient et le psychologue. Contactez un psychologue sur https://www.psychologue-soignies.be/ dans la ville de Soignies.

En quoi peut consister le traitement, comment le définir?

une définition pratique du traitement est la suivante : Les traitements, lorsqu’ils sont utilisés dans le contexte des soins de santé, font référence à tout processus dans lequel un prestataire de soins de santé formé offre une assistance basée sur son expertise professionnelle à une personne qui a un problème défini comme étant lié à la “santé” ou à la “maladie”.

Dans le cas de la santé “mentale” ou “comportementale”, les conditions pour lesquelles une personne peut demander un “traitement” comprennent les problèmes de vie, les conditions avec des symptômes discrets qui sont identifiés comme étant liés à une maladie ou à une affection, et les problèmes d’adaptation interpersonnelle. Le traitement consiste en tout acte ou service fourni par un prestataire de santé de bonne foi et visant à corriger, modifier ou améliorer ces conditions ou problèmes.

Les effets de la psychothérapie

Les effets généraux ou moyens de la psychothérapie sont largement acceptés comme étant significatifs et importants. Ces effets importants de la psychothérapie sont assez constants pour la plupart des diagnostics, les variations étant plus influencées par la gravité générale que par des diagnostics particuliers, c’est-à-dire que les variations de résultats sont plus fortement influencées par les caractéristiques du patient, par exemple la chronicité, la complexité, le soutien social et l’intensité, et par des facteurs liés au clinicien et au contexte que par des diagnostics particuliers ou des “marques” de traitement spécifiques.